AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ooh la la paris, réouverture. 02/11/14.

Partagez | 
 

 Pan Pan, Culcul [Julian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Waël Q. Adcock
membre
avatar
✧ ÂGE : 24 ans
✧ MESSAGES : 13
✧ HERE SINCE : 21/11/2014

MessageSujet: Pan Pan, Culcul [Julian]   Ven 28 Nov - 23:00



Oh Julian....

Mon regard se posa sur le truc assez douteux que je tenais entre mes doigts. Cela m’arracha une moue dégoutée. Ce truc qui bouchait la baignoire était tellement répugnant que j’en eu la nausée Je n'étais pas du genre très chiante quand il s'agissait de mon tour de ménage, mais ça faisait quelques temps déjà que je remarquais un certain abus de la part du mâle de la maison. Je pouvais être d'une extrême patience avec Julian. Mais pas aujourd'hui. Pas maintenant alors que mon cerveau arriva enfin à déterminer ce qu'était cette chose par terre. Mon sang n'a pas eu le temps de faire un tour avant que je ne sorte de mes gonds… Après avec balancé cette horreur – et m’être désinfectée les mains… deux fois.

« J'y crois pas ! Commençais-je à hurler. »

Je me doutais déjà que cette histoire allait se finir en bagarre digne de ce nom – au sens propre comme au figuré. Parce que j’étais une forte tête et que Julian déteste les fortes têtes. Parce qu’il était d’une mauvaise foi sans nom et que ça me mettait hors de moi. Seulement je ne pouvais pas me résigner à laisser passer ça, non pas à cause de la gravité de la chose, mais parce que c’était tout simplement dégueulasse. Et que je n’étais pas sa bonne à tout faire.

C’est donc dans une certaine hystérie que je me dirigeai d’un pas rapide vers le criminel.

« T’es un crasseux, voilà ce que t’es ! Tu me prends pour ta chienne, c’est ça ? Aboyais-je comme un de ces petits chiens insupportables qu’ont les mamies. »

Durant ma diarrhée verbale, je ne cessai de le taper de rage. Sinon ce ne serait pas drôle.

« Tu vas bouger ton petit cul et me jeter ton…. Ton… Je ne pouvais même pas finir ma phrase tellement ça paraissait improbable. »

La chaleur s’empara rapidement de mes joues, puis de tout mon corps.

Arrête de rougir, Q… Arrête de rougir… Il va pas te rater sinon !

« Tu vas ramasser ta capote dégueulasse qui bouchait la douche ! Repris-je plus calmement. Et puisque c’est ça, je fais plus rien puisque TU ne respectes rien ! »




Dernière édition par Waël Q. Adcock le Sam 29 Nov - 20:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Julian Doré
membre
avatar
✧ ÂGE : 24 ANS.
✧ JOB : FLIC.
✧ COEUR : DANS LE SLIP.
✧ MESSAGES : 18
✧ HERE SINCE : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Pan Pan, Culcul [Julian]   Sam 29 Nov - 18:51

Bon okay,
je dois pas avoir l'air de rien dans ma cuisine, un boxer rose sur les fesses et du david bowie à fond les manettes.
Bonjour le cliché.
J'essaie de faire ce que l'on appelle de la chantilly mais on peut pas vraiment dire que ça marche. Les oeufs montent pas et j'y comprends rien, sérieusement, qui a écrit cette recette que je lui foute un procès ?
Un soupir quitte mes lèvres alors que la voix de Q s'élève au milieu des notes de musique. On entend qu'elle et je sais que je vais passer un sale quart d'heure. Ça s'entend à la façon dont ses pieds claquent au sol, plus rapide qu'une souris. Elle va vouloir me dévorer.
Un sourire se dessine sur mes lèvres à la voir débarquer comme une dingue dans la cuisine. On voit qu'elle, avec sa chevelure rousse et ses hurlements.
Je fronce alors les sourcils, attendant sagement que Waël ne me balance sa colère à la figure. Mon corps prend appuie contre le plan de travail mais je ne dis rien, je l'écoute. Elle doit bien voir que je me moque d'elle.
« Tu vas bouger ton petit cul et me jeter ton…. Ton… »
Temps d'arrêt, mes yeux se posent sur ses lèvres comme pour l'aider à sortir ses mots. D'ici, je peux voir que sa peau est en train de changer de couleur, c'est du sérieux (et ça me fait encore plus rire).
« Tu vas ramasser ta capote dégueulasse qui bouchait la douche ! Et puisque c’est ça, je fais plus rien puisque TU ne respectes rien ! »
Je me doutais bien qu'elle allait me sortir une connerie ça. Ah les femmes, j'vous jure, toutes les mêmes. Mes yeux se lèvent au ciel alors que j'hausse des épaules.
Tu fais toute une histoire pour une capote, vraiment ? détends-toi, c'est le matin.
Mais je sais bien que ça suffira pas à la calmer, elle est sur les nerfs et pas vraiment décidée à me laisser respirer.
C'est pour ça que j'ouvre grand mes bras en me rapprochant de Q pour la prendre dans mes bras et poser des baisers sur son crâne.
Allez, p'tite conne, tu vas pas me faire la gueule pour ça. Je la serre bien fort pour la tenir prisonnière, hors de question qu'elle recommence son petit cinéma. Tu m'étonnes que je te prends pour ma chienne, t'as vu comment tu gueules ? je ris un peu pour essayer de détendre l'atmosphère. En fait, je la prends pas du tout au sérieux.
Si tu continues comme ça, tu vas te retrouver enfermée sur le balcon jusqu'à ce que tu te calmes.
Mais je lui offre quand même un autre bisou (sur la joue) pour essayer de la rouler dans la farine. Parfois, ça marche ouais ... parfois.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Waël Q. Adcock
membre
avatar
✧ ÂGE : 24 ans
✧ MESSAGES : 13
✧ HERE SINCE : 21/11/2014

MessageSujet: Re: Pan Pan, Culcul [Julian]   Dim 30 Nov - 23:54



Impossible de déterminer le pire dans cette situation. D'un côté, je vois bien que mes propos s'évanouissent avant même d'atteindre mon soit disant interlocuteur – parce que c'est bien connu qu'un Julian n'entend que ce qu'il veut bien entendre. Et d'un autre côté, la caricature du pédé relou qui me fait face affiche un sourire des plus méprisables qu'il soit – et là, ma seule envie est de lui mettre une bonne grosse gifle aller retour. Alors forcément, quand on est confronté à ça, même avec une patience digne de Bouddha, il est impossible de rester zen.

Et le bougre avait bien senti ma colère. Gros câlin pour éviter toute attaque surprise de ma part. Des bisous pour apaiser mes rancœurs. Là, c'était clair : monsieur venait de lancer sa parade nuptiale pour esquiver les embrouilles. Habituellement, cette technique marche à merveille parce que jes suis trop facile à amadouer... Mais sur ce coup là, je ne décolère pas. Son mépris pour tout et tout le monde ne passe pas. On ne peut pas être gagnant à tous les coups. Dommage pour toi, Julian.

Mon ras le bol monte encore d'un cran quand il ose me dire de me calmer. Il sait très bien que me dire de me calmer va affoler mon esprit de contradictions, et donc, m'énerver encore plus.
Le souci, c'est qu'il m'immobilise comme un serpent qui étouffe sa proie. Il faut que je me défasse de son étreinte – pas que ce soit désagréable mais fallait rester cohérent à un moment donné. Je compte bien arriver à mes fins. Après tout, il n'est pas le seul à avoir sa botte secrète.

Je remonte lentement ma tête pour pouvoir plonger mon regard dans le sien alors qu'un sourire sournois se dessine sur mes lèvres malgré moi. Dans une mouvement brusque, je le pousse contre le plan de travail afin de m'échapper de ses bras et je le plaque contre le frigo, le genou calé sur son entrejambe, mes mains tenant fermement ses poignées.

« S'il te plaît Julian, m'oblige pas à être méchante... »

Le ton est calme. Nos corps pressés l'un contre l'autre. Ce n'est certainement pas ça qui allait le perturber. Par contre, mon genou qui presse ses bijoux de famille...

« Ramasse. Ta. Capote. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Pan Pan, Culcul [Julian]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pan Pan, Culcul [Julian]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► OOH LA LA PARIS. ::  :: paris maison-