AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ooh la la paris, réouverture. 02/11/14.

Partagez | 
 

 tu m'illumineras toujours. (chaton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Arthur Després
membre
avatar
✧ ÂGE : 20 ANS.
✧ JOB : PEINTRE.
✧ COEUR : NOIR.
✧ MESSAGES : 28
✧ HERE SINCE : 03/11/2014

MessageSujet: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Mer 12 Nov - 20:16

Maman m'a dit
Ton cousin va venir te voir.
J'ai recraché mes céréales parce que je me suis dit qu'elle devait se tromper dans l'heure ou dans l'année (ou même de personne mais c'est difficile de confondre un Isidore flamboyant).
J'ai froncé les sourcils pour qu'elle sache à quel point je pouvais être étonné.
Je lui ai demandé si elle me faisait une blague mais elle répondu non alors j'ai pas hésité à aller dans ma chambre pour me préparer.
Je l'ai entendu se plaindre.
Quelque chose qui ressemble à :
termine tes céréales avant !
Je l'ai pas écouté parce que je pouvais pas me permettre d'accueillir un de mes seuls cousins en sandales.
J'ai attrapé mes vêtements préférés (en réalité ceux de Rémi, c'est lui qui m'a dit que ça m'allait bien ...) et j'ai enfilé le tout, sans demander de l'aide.
Avant qu'il vienne, j'ai écouté quelques uns de ses enregistrements pour avoir tous les souvenirs bien en tête et pas être à côté de la plaque.
On toque à la porte et j'ai la salive qui part dans le mauvais trou, je m'étouffe à moitié mais maman m'appelle déjà.
C'est lui, mon Isidor(é).
Mais qui voilà ?
J'avance le long de notre interminable couloir, les mains un peu en avant pour pas me prendre quelque chose en pleine figure.
C'est notre prince voyageur. Alors, ça fait quoi de revenir au centre de la terre ? Je savais bien que tu finirais par nous retrouver, t'as du voir le pic de la tour eiffel dans le ciel pour te guider.
Je lui dis ça en riant parce que je le sais bien que je raconte n'importe quoi. Maman passe une main dans mes cheveux et je grimace un peu parce qu'elle doit me décoiffer.

_________________

(pourquoi le fou a t-il jeté
sa montre par la fenêtre ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isidore Desprès
membre
avatar
✧ ÂGE : VINGT ET UN AN.
✧ JOB : VENDEUR D'ÉTOILES.
✧ COEUR : ACRYLIQUE.
✧ MESSAGES : 11
✧ HERE SINCE : 11/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Mer 12 Nov - 20:34

Il a posé quelques pièces dans la cabine et puis il a appelé. Contre ses traits, une grimace s'est passée parce que c'était pas la bonne voix, en fait, qu'il a entendu l'autre côté du combiné.
Isi il a souri pourtant. Il a souri avec ses lèvres, ses yeux et sa voix, et il a dit oui oui, j'arrive.
Sous ses bras, y'avait l'odeur de la nature et contre ses vêtements, le bois brûlé. Il est resté un peu bête un instant, a regardé sa voiture blanche mais grise mais plus brune en faite, avant de rouler vers là-bas.
C'est pas la maison mais ça peut l'être un peu, en fait. Y'a une partie du coeur qui s'y trouve et ça veut déjà dire beaucoup.
Dans les couloirs, ses bottes laissent des marques de boue et c'est pas propre. Isi il sourit pourtant; il pose un peu de nature un peu partout. Ici c'est trop froid, y'a du béton partout. La porte s'ouvre et encore, c'est pas la bonne personne. Mais c'pas grave. Arthur, il est derrière. « Mais qui voilà ? » Le sourit il fleurit et Isi, il penche la tête et brille des yeux. « c'est le nous qui est là de nouveau. »
Arthur il est noir, noir dans ses yeux. On dit qu'il voit rien et qu'il est gris mais Isi, il a la certitude qu'il a des trous noirs comme prunelles et qu'il capture plein de merveilleux, comme ça. Des étoiles, des poèmes, des sourires et des bons sentiments. Arthur, c'est un coffre au trésor.«  C'est notre prince voyageur. Alors, ça fait quoi de revenir au centre de la terre ? Je savais bien que tu finirais par nous retrouver, t'as du voir le pic de la tour eiffel dans le ciel pour te guider. » ça sourit contre ses lèvres parce que c'est la réalité. C'est comme ça, Isi, qu'il est revenu. Il est pas très bien, c'est vrai, mais il se plait bien à l'observer. Il ignore la mère et se glisse entre les bras tendus d'Arthur, même si c'est pour le faire sursauter.
Isidore le serre fort, fort pour toutes les fois oubliées. « c'est triste la ville mais ici, tu m'permets de bien respirer. » Il rit un peu et lève les yeux, Arthur, il est plus grand que lui, maintenant. Si Isi est un prince, Arthur est un roi. « tu sens fort le détergent, ça fait étrange. » ll fronce un peu du nez et quitte ses bras, frotte son nez pour ne pas éternuer.

_________________


sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Després
membre
avatar
✧ ÂGE : 20 ANS.
✧ JOB : PEINTRE.
✧ COEUR : NOIR.
✧ MESSAGES : 28
✧ HERE SINCE : 03/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Ven 14 Nov - 13:40

J'ai du mal à imaginer,
Isidore, c'était de l'histoire ancienne.
Un rêve que l'on touche du bout des doigts sans jamais rien en espérer en retour.
Isidore, il était plus là, alors quoi ?
Je n'avais plus que ses mots pour me raccrocher à lui.
Et là, soudainement, c'est son coeur contre le mien.
Ses gros bras qui viennent autour de moi et sa respiration qui s'échoue dans mon petit cou gelé.
Je souris parce que j'ai envie de lui dire tout un tas de choses, comme quoi je l'aime et que ça me fait vraiment plaisir de l'avoir à la maison mais y a rien qui sort.
Pas le moindre bruit.
J'ai les larmes qui remontent jusqu'à mes yeux muets.
« c'est le nous qui est là de nouveau. »
Maman s'éloigne de nous pour aller dans la cuisine, elle doit préparer du thé ou quelque chose comme ça. Pourtant, elle sait bien qu'on disparaîtra tous les deux dans le bureau de papa pour parler (parce que ma chambre est trop petite et même pas jolie).
« c'est triste la ville mais ici, tu m'permets de bien respirer. »
J'hausse des épaules sans rien lui répondre parce que c'est Isidore et qu'il est pleins de belles paroles. Il raconte ça à tout le monde, je peux même pas prendre ça pour un compliment. Et puis, depuis quand je fais respirer qui que ce soit ? même moi, j'y arrive pas.
« tu sens fort le détergent, ça fait étrange. »
Un léger rire quitte mes lèvres alors que ma main attrape la sienne, comme ça, comme s'il n'avait pas le choix.
Tu vas pas partir, je vais t'en empêcher.
C'est ce que je lui dis par télépathie, comme je le fais avec Elsa.
Si je sens le détergent je peux pas te faire respirer. C'est pas bien de mentir, ma pétale d'or.
La grande porte du bureau s'ouvre et c'est bête parce que j'ai l'impression que la voix de mon père règne encore dans la pièce. Qu'il est là, assit sur le siège de son bureau à me regarder de haut pour qu'il puisse devenir fier de moi.
Alors, tu me racontes quoi de ton voyage ?
Parce que moi, j'ai jamais voyagé plus loin que le métro de Paris ...

_________________

(pourquoi le fou a t-il jeté
sa montre par la fenêtre ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isidore Desprès
membre
avatar
✧ ÂGE : VINGT ET UN AN.
✧ JOB : VENDEUR D'ÉTOILES.
✧ COEUR : ACRYLIQUE.
✧ MESSAGES : 11
✧ HERE SINCE : 11/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Ven 14 Nov - 17:43

Une mélodie traverse l'air. C'est léger comme un nuage mais ça met des étoiles partout autour d'eux, c'est beau et s'il inspire assez fort, Isidore, il parvient à en capturer dans ses poumons.
Ça a un petit goût d'hiver sur le bout de la langue, comme un cristal de flocon.
Même les mains d'Arthur, elles sont froides. Froides, mais comme la neige sur le bout du nez. Ça fait sourire et ça donne envie de boire un chocolat chaud, bien enroulé dans les draps. « Si je sens le détergent je peux pas te faire respirer. C'est pas bien de mentir, ma pétale d'or. » Isidore il a les yeux qui brillent et un sourire de chat au bord de ses lèvres. Et il le suit à pas de chat aussi, bien collé à Arthur. Il aimerait que dehors il neige un peu et qu'ils puissent se poser près d'un feu, qu'ils se réchauffent avant que isi le chat sauvage, il retourne se geler les pattes dehors.
Mais ils rentrent dans une pièce et l'odeur de bouquins, elle prend son nez de plein fouet. Isidore, il perd son regard contre le mur de livres et il observe; les pièces d'art comme ça, on a pas le droit d'y toucher. C'est Arthur qui le sort de la contemplation. « Alors, tu me racontes quoi de ton voyage ? » Les prunelles brillent vers lui, mais moins fort que ceux d'Arthur.
Dans la pièce pas besoin de lumière ; Arthur il brille si fort de lui-même.
Il devrait tellement, tellement voir ça, une fois. Au moins une seule fois.
Il brille si fort que derrière ses prunelles noires, il devrait se voir. « c'est pas un voyage Arthur, c'est une vie. » La voix est murmure et il tend les doigts un peu curieux, touche les romans et les ramène vers lui, discrètement. Ni vu ni connu. « mais j'ai des notes pour toi, écrites par ci et par là. certains jours j'avais aucun papier alors je les ai griffonné sur mes bras et maintenant, elles sont effacées mais fondues en moi, tu vois ? » Sourire léger au coin des lèvres, Isi l'observe un peu et baisse les yeux.
Non, il ne voit pas. Même encore certains jours, Isidore il oublie tout ça. « tu dois avoir des plus belles couleurs que celles du monde réel, dans ta tête. les voix c'est les plus belles des images. un dessin contre les oreilles. » quelques pas, le plancher qui grince et la pièce qui chante. « j'ai un dessin, pour toi. viens. » Il susurre tout bas et caresse les touches nacrées du bout des doigts.

_________________


sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Després
membre
avatar
✧ ÂGE : 20 ANS.
✧ JOB : PEINTRE.
✧ COEUR : NOIR.
✧ MESSAGES : 28
✧ HERE SINCE : 03/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Dim 16 Nov - 14:30

Je crois qu'en dehors de Rémi, personne n'est jamais entré ici depuis la mort de Papa.
La voix d'Isidore dans cette pièce, c'est un peu comme une bouffée d'air frais. Un éclair de vie qui traverse les murs et s'écrase sur chaque recoin de cet univers mort et silencieux.
J'entends ses mains toucher ses livres, je sais qu'il les bouge mais je dis rien. Je fais mine de ne pas savoir, de ne pas comprendre. Je lui laisse son intimité et me tourne vers lui, toujours tremblant de joie.
« c'est pas un voyage Arthur, c'est une vie. »
Je fronce les sourcils et passe ma langue sur mes lèvres un peu gercées.
ça veut dire que je ne fais pas parti de ta vie ?
Je souris un peu, même si la déception se lit sur mes traits. C'est pas vraiment une surprise, ça fait des années que l'on ne s'est plus parlé. Des années que je l'écoute sans rien pouvoir lui donner en retour.
J'essaie de me dire que c'est pas grave, qu'on a des tas d'autres vies à partager ensemble. Qu'on peut se donner notre amour de cousin quand on le veut, c'est pas pressé ...
Un soupir quitte mes lèvres lorsque le plancher craque sous ses pieds. Isidore est toujours là et moi j'ai l'air de rien à faire la tête dans mon coin. Alors, je passe ma main dans mes cheveux et prends une longue inspiration.
J'écoute ses paroles, notes, bras, fondues, voir.
Les mots restent bloqués au fond de ma gorge sans vouloir s'en déloger. Il va finir par faire la tête si je réagis pas plus que ça.
« tu dois avoir des plus belles couleurs que celles du monde réel, dans ta tête. les voix c'est les plus belles des images. un dessin contre les oreilles. j'ai un dessin, pour toi. viens. »
Il bouge encore mais je me tétanise jusqu'à ce qu'il me dise de venir.
d'accord.
Perturbé, mes genoux rencontrent la table basse de mon père. Ce doit être l'effet Isidore, je sais pas ... j'ai jamais été comme ça, avant.
Les traits de mon visage ne changent pas, je fais comme si je n'avais pas mal même si demain j'aurais certainement des bleus. Ma main caresse son torse, il est bien là.
vazy, je t'écoute.
Je reste debout à côté du piano, une main posée dessus pour lui prouver mon amour de la musique.
Peut-être que je pourrais lui montrer que moi aussi, je sais en jouer maintenant.
(si le temps ne nous rattrape pas, encore une fois)

_________________

(pourquoi le fou a t-il jeté
sa montre par la fenêtre ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isidore Desprès
membre
avatar
✧ ÂGE : VINGT ET UN AN.
✧ JOB : VENDEUR D'ÉTOILES.
✧ COEUR : ACRYLIQUE.
✧ MESSAGES : 11
✧ HERE SINCE : 11/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Dim 16 Nov - 18:45

Suffit d'un instant et il est posé. Il est assis sur le banc et il attend, les doigts caressant un peu les touches sans jamais s'y poser. Il est si beau, le piano. Il est précieux, le piano. Isi, il sait un peu joué mais pas comme Arthur.
Arthur, il fait tout en grand, tout merveilleux, tout extraodinaire, tout le temps.
Faudrait qu'il voit, oui,qu'il voit tout ça. Mais en fait, c'est encore plus merveilleux qu'il voit pas, ça rend les choses encore plus magique, qu'il sache pas.
Qu'il sache jamais, tout ça.
Dans le coeur, ça met un noeud papillon tout autour et des bulles de magie et couleurs.
Isi, il clignotte un peu des yeux, comme des lumières de Noël, quand il entend le toc d'Arthur, derrière lui. Les prunelles, elles hurlent ça va ? tu vas bien ? fais attention, s'il te plait mais il voit pas tout ça, le petit dans le noir. C'est pas grave, pas grave, non. Isi, il étire juste un peu les doigts et puis il pose sa main contre la table basse, pour qu'il se cogne plus comme ça. Un coussin doigt. « faut pas dessiner du bleu sur ton corps Arthur, même si c'est ta couleur préférée. » C'est dit tout doux, tout léger. Comme une plume ou un sourire, un soupir. « vazy, je t'écoute. » Ses doigts touchent son torse et Isi sourit un peu, beaucoup, avant d'hocher de la tête. « Ouvre grand les yeux, alors. » Ça va être plein de couleurs.
Il soupire un peu et se prend du courage, prend un moment et puis, pose ses doigts sur les touches perfides. Y'a une seconde de silence et puis les notes, enfin, qui chantonnent dans les airs, comme ça et puis la gorge qui se met à faire des mmm mmm pour accompagner la musique, parce qu'Arthur c'est plus qu'une chose à la fois, c'est beaucoup plus que tout ça. C'est un peu brouillon, surtout gribouillis mais
mais ca fait sourire grand comme ça.
Le silence, un peu brusque, ensuite.
« ça, c'est moi qui s'ennuie de toi. » Il sourit un peu, Isidore, et il a des étoiles si grandes dans les yeux. Il fait un peu enfant mais s'en fiche totalement, passe ses doigts autour d'Arthur et le presse contre lui, pose sa tête contre son ventre.
Inspire un peu le détergeant. « j'vais rester assez longtemps pour écrire une chanson. ça sera ; isi heureux avec arthur. mais j'écris lentement les partitions alors je vais être longtemps dans tes pattes. fais juste attention, j'ai pas envie que tu devienne tout bleu. »

_________________


sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arthur Després
membre
avatar
✧ ÂGE : 20 ANS.
✧ JOB : PEINTRE.
✧ COEUR : NOIR.
✧ MESSAGES : 28
✧ HERE SINCE : 03/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Lun 1 Déc - 14:56

Isidore il est de ces personnes qui me traitent si bien que j'ai l'impression de vivre dans du coton quand je suis avec elles.
Et je sais jamais vraiment comment réagir parce que je me dis que si un jour, je finis seul bah ... je saurais même pas me débrouiller.
Maman, Isidore et Rémi seront pas toujours là pour moi. Un jour, ils feront leur vie et moi je me retrouverais plus bête que jamais.
On m'enverra peut-être dans une maison pour un adulte, un espèce de centre mais en moins effrayant. Une prison pour des gens comme moi, quoi. Je soupire et écoute les notes d'Isidore, lui, au moins, il est capable de me calmer avec rien du tout. Je crois qu'il est né pour me mettre en confiance et me faire oublier tout le reste. J'aimerais bien lui dire que je l'aime pour ça mais j'ai trop peur de gâcher ce moment.
Je me tais, je dis plus rien, je l'écoute.
C'est son histoire, ses sentiments, sa beauté.
C'est Isidore et puis moi, étoile minuscule qui le fixe de ses grands yeux.
« ça, c'est moi qui s'ennuie de toi. »
Je souris parce que c'est impossible de s'ennuyer de moi. On m'oublie aussi vite que la première chanson qu'on apprend à l'école maternelle. Ou les théorèmes qu'on apprend à l'école. Je suis ne suis qu'Arthur après tout.
Ses doigts viennent contre moi et ça me fait sourire. Je me laisse faire, sage, un peu perdu aussi. Je laisse l'une de mes mains caresser ses cheveux pour le réconforter de je sais pas trop quoi.
« j'vais rester assez longtemps pour écrire une chanson. ça sera ; isi heureux avec arthur. mais j'écris lentement les partitions alors je vais être longtemps dans tes pattes. fais juste attention, j'ai pas envie que tu devienne tout bleu. »
Un moment de silence s'installe entre nous.
Quelques secondes, pas grand chose, juste assez pour formuler mes pensées.
Tu vas pas rester longtemps, Isi. Je te connais, tu es un oiseau libre. Si tu restes ici, Paris finira par te briser. C'est une grande cage.
Pause.
T'as pas besoin de cage.

_________________

(pourquoi le fou a t-il jeté
sa montre par la fenêtre ?)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Isidore Desprès
membre
avatar
✧ ÂGE : VINGT ET UN AN.
✧ JOB : VENDEUR D'ÉTOILES.
✧ COEUR : ACRYLIQUE.
✧ MESSAGES : 11
✧ HERE SINCE : 11/11/2014

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   Mar 2 Déc - 19:42

Ses yeux sont contre son corps. faudrait qu'il voit, Arthur, comment ils peuvent briller pour lui. Y'a beau avoir de étoiles dans les yeux, parfois ils battent pas celles que l'on peut trouver dans les yeux d'Isidore.
Il brille jour et nuit, même dans le plus grand des noirs.
Isidore, il endort le soleil mais regarde, regarde, il met tellement d'étoiles dans le ciel, dans les airs.
Un petit coup de souffle et y'en a plein, là, soudainement, dans les cheveux mêlés d'Arthur.
Il pourrait ne pas supporter le silence, il pourrait s'inquiétude de l'absence des mots.
Isidore, il est pas comme ça, pourtant. Il se contente de sourire doucement et de l'observer.
Il admire la pluie d'étoiles autour d'eux. Elles viennent des notes de musique, de leur chanson à eux. « Tu vas pas rester longtemps, Isi. Je te connais, tu es un oiseau libre. Si tu restes ici, Paris finira par te briser. C'est une grande cage. » Sa tête se penche sur le côté et il l'observe doucement, sans regard noir et sans sourcils froncés.
Isi, il a même un sourire tout petit et pur, contre ses lèvres. « T'as pas besoin de cage. » Le sourire grandit. C'est beau ses inquiétudes, ses préoccupations à son propos. Isi, il ouvre les bras et il prend ses doigts, il le tire un peu vers lui, toujours posé sur le banc, et il tend ses doigts bien haut pour placer lentement quelques mèches de ses cheveux. « Je suis un colibri, si je m'arrête je meurs. » Il sourit un peu et il continue le mouvement de ses doigts. « Mais je suis magicien aussi, je suis capable de me sauver de n'importe quelle cage. Doute pas, t'inquiète pas. » Et puis il se lève, Isi. Il l'observe un peu et tourne ses yeux vers le piano.
Il a envie d'entendre son jeu. Sa mélodie, ce qu'il peut dire.
Arthur il est aveugle mais ça veut pas dire qu'il peut rien voir. Suffit de l'entendre. « tu veux jouer quelque chose, pour moi ? » Qu'il ferme les yeux et voit avec les siens, une seconde.

_________________


sur la route.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: tu m'illumineras toujours. (chaton)   

Revenir en haut Aller en bas
 

tu m'illumineras toujours. (chaton)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► OOH LA LA PARIS. ::  :: paris maison-