AccueilAccueil  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ooh la la paris, réouverture. 02/11/14.
anipassion.com
Partagez | 
 

 premier maux (victor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 15:11

L'automne est enfin là. Je le sens à mes joues rouges et aux doigts un peu glacés, aux écharpes et aux pull en laine qui ont déjà envahis la récré. Ça me rassure d'avoir froid. Car depuis que je le regarde, j'ai l'impression de mourir de chaud la plupart du temps. Et c'est bête parce que tout se passe seulement dans ma tête: le feu de cheminé, les picotements et les sourires que je ne peux pas cacher.
Tout se passe dans son ventre à elle.
Je planque la caméra sous ma veste et tourne un peu en rond, j'ai l'espoir vain de me réchauffer. Je compte les minutes, les secondes qui me séparent de la philo, du déjeuner, puis de la fin de la journée.
Tout est vraiment trop froid aujourd'hui.
Je dirais bien que c'est juste à cause du temps mais ce n'est pas vraiment vrai.
Je tremble parce qu'il n'est pas là. Tout simplement.
Et ça, ça me fait...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 16:20

Je traîne ma carcasse de Victor en hiver, parka sur les épaules et écharpe grignottant la moitié du visage pour faire comme s'il n'y avait personne là-dessous. Mon corps lourd de caresses trop vite devenues des souvenirs, que des souvenirs. Mon cœur encombré de solitude, lourd de vide. Je crois que c'est pour ça que j'ai pas réussi à me (sou)lever ce matin. C'est trop pesant, ce Victor à jeter aux ordures.
- T'es en retard. Faut balayer les feuilles dans la cour.
Il me dit jamais bonjour, lui.
Un jour je lui mettrai une grande torgnole dans sa face de gros con de merde, je vais lui faire voir le monde de toutes les couleurs, il va rien comprendre.
(C'est pas vrai)
J'essaie d'aller vite pour enfiler ma combinaison de travail et plus je me dépêche et plus ça s'emmêle tous les fils du corps. Ça me fait un peu rire mais pas trop. Et dans la cour, y a presque personne, seulement ceux qui fument pas, j'étais tout le temps dans la cour aux récrés.
- Excuse-moi, tu es dans mes feuilles.
Je le regarde.
Un tout petit peu trop longtemps et puis j'arrête.
Les feuilles.

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 20:35

Je crois que le feu dans mon estomac vient de se rallumer d'un coup. Personne n'a pris la peine de me prévenir et il a eu le temps de me monter jusqu'aux joues. Je croise mes doigts entre eux lorsque j’aperçois sa silhouette qui apparaît, enfin. Y'a beaucoup de couleurs et de tissus tout autours de moi. Je pourrais me perdre dans les cheveux de la blonde qui joue avec son écharpe, dans le regard de mon camarade de classe qui me dévisage vulgairement ma caméra et moi mais non, non. Il est là, avec sa tenue d'homme à tout faire et je le trouve beau. Je le trouve si beau qu'il fait disparaître le lycée tout entier.
C'est incroyablement bête.
Alors quand j'entend sa voix, que je tombe sur son visage qui observe mon moi tout entier je crois entendre mes cordes vocales griller dans mon feu d'estomac. Je n'ai jamais été quelqu'un de bavard, je parle seulement pour discuter avec mes amis et répondre un éternel "je ne sais pas" au prof de philo. Et...ça ne me dérange pas normalement. Sauf en cet instant. Je rêve d'être une vraie pipelette pour donner l'impression d'être le garçon le plus intéressant du monde.
Et non pas ce pauvre crétin qui piétine des feuilles depuis dix minutes afin de lui donner un peu plus de boulot.
Tes...tes feuilles ? Je bredouille et baisse les yeux. Ça...ressemble à un tas de miettes, un mini champs de bataille. Un coup de vent et elles s'éparpilleront un peu partout.
Je...je suis vraiment désolé. Je vais me pousser, même...si y'a plus vraiment de feuilles. Je me cache sous ma veste et recule un peu. j'enfonce les doigts dans mes poches et si je fais mine d'avoir la tête ailleurs, toutes mes pensées sont sur lui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 21:03

Pourquoi ça les dérange autant, les feuilles ?
Ça décore.
C'est les guirlandes et les étoiles sur le sapin de l'automne.
- Tes...tes feuilles ?
Il me parle mais il regarde ailleurs (ses pieds).
- Je...je suis vraiment désolé. Je vais me pousser, même...si y'a plus vraiment de feuilles.
Il est joli et il me fait sourire dans mon coin, très grand avec ses pieds en plein dans mes feuilles, comme si c'était lui l'arbre (arbrisseau) qui perdait ses feuilles, qui se dénudait pour l'hiver.
On dirait moi. Je suis sûr qu'il parle pas aux filles et encore moins aux garçons, qu'il préfère d'ailleurs, que quand un prof l'interroge il baisse les yeux en attendant que ça passe et que quelqu'un d'autre lève la main, qu'il s'excuse quand quelqu'un(e) le bouscule, qu'il écoute sa musique très fort pour oublier que personne d'autre est en train de lui parler (...), et je me rends compte que je le regarde encore un peu trop fort, comme si c'était vraiment moi et que j'étais en train de me regarder dans le miroir.
Les feuilles.
Ça sonne au-dessus des bruits de mon balai alors je lève les yeux et il est toujours là, l'arbre.
- ... Tu as une heure de pause ?

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 21:27

Il ne fait plus si froid et pourtant, tout est incroyablement angoissant. Moi je préfère me glacer les doigts et ne pas avoir à réfléchir à ce que je dois faire. Quand il est là, j'ai peur de respirer trop fort, de renifler trop fort, de penser trop fort et même de vivre trop bas pour quelqu'un comme ça. Tout irait bien s'il était loin. Alors c'est vrai, mon coeur ne battrait pas aussi fort mais au moins, je n'irais pas mal et bien à la fois.
Alors que là...je suis incapable de vivre correctement.
Mes yeux s'accrochent au feuilles jaunis des arbres, aux nuages qui flottent dans le ciel et à ce bleu qui me pique un peu les yeux. Mes doigts grattent un peu mon estomac par dessus le tissus, comme pour lui demander d'arrêter de s'agiter. Je sais qu'il me regarde parce que je sens ses yeux sur moi. Ça me plairait de deviner ce qu'il a dans sa tête,  juste pour savoir s'il pense que je suis bête ou tout simplement chiant.
je dois être chiant, je me trouve chiant tout le temps. C'est comme quand on ne s'aime pas, les gens ressentent obligatoirement la même chose que soi.
Et puis...
Sa voix qui m'interpelle est une belle excuse pour le dévisager.
Oui...pas d'anglais...ça te gêne pas si je reste dans le coin, hein ? s'il me dit non, ce sera au tour de mon coeur de ressembler à un champ de bataille.
Je ne sais pas trop où aller, tu sais. J'essaye de sourire un peu. Juste un peu.  

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 21:39

Il ressemble aux feuilles qui sont par terre (finalement).
Fragiles comme celles qui sont les plus vieilles : un coup de pied et ça craque et ça part en fumée.
Pourtant il est grand. Assez grand pour intercepter les oiseaux dans le ciel, c'est sûr. Mais moi aussi je suis grand et ça m'a pas empêcher de me prendre pleins de trucs en pleine gueule et de ... Enfin ... Oh non j'ai pas envie d'y penser, là, y a trop de feuilles et y a un petit arbre aussi.
- Oui...pas d'anglais...ça te gêne pas si je reste dans le coin, hein ? Je ne sais pas trop où aller, tu sais.
Comme j'arrive pas à le regarder normalement, le regarder sans faire une pause d'une éternité pour faire le tour de son visage, pour essayer de comprendre son gros manteau, pour faire la différence entre le ciel et ses yeux (y en a pas vraiment, juste une question de nuages), je le regarde plus du tout.
- T'as qu'à m'aider à ramasser les feuilles.
Gros, gros silence.
- Non mais j'rigole hein, c'est mon travail ... Et toi bah ... Fais ... Je sais pas, t'as quoi comme matière ?
C'est horrible. Je me suis jamais fait d'amis quand j'étais élève ici et maintenant que je travaille à ramasser les bêtises de mes successeurs (ou les feuilles), ça y est, il débarque lui, avec ses yeux trop et ses cheveux, comment dire ...
Incroyables.

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Dim 2 Nov - 22:04

j'ai fini par oublier les rudiments d'une vraie conversation à force de ne pas  m'intéresser aux gens. Je crois qu'il faut sourire, parler du mauvais temps, du froid qui agressent soudainement et en profiter pour lui demander son nom. Et peut être que je devrais le faire non, lui demander son nom ? Ils font bien ça avec les surveillants, alors pourquoi pas avec lui ? Parce qu'il nettoie au lieu de nous engueuler ? ouai...mais s'il n'était pas là, je n'aurais l'air de rien. Je me fait tout beau parce que je me dis que je peux le croiser, je révise pour avoir le temps de le filmer. S'il ce n'était pas pour lui, je serrais aussi sale que sous les bureau. Alors oui, c'est important de savoir son nom. Plus important que celui du surveillant. Je rougis parce qu'il me regarde un peu trop longtemps. Je tente même de passer une main contre mon visage l'air de rien, de peur qu'un truc y soit accroché. Mais qu'est-ce qu'il se dit, bon sang, qu'est-ce qu'il se dit ?
Qu'il perd son temps ?
Parce que c'est ce que je me dis. Il vit et je suis là, à supprimer une centaine d'images que j'aurais pu me regarder plus tard grâce à ma caméra.
Je dis rien quand il me propose de l'aider. J'ai peur de mal entendre ou de me faire des idées. Je suis même pas doué pour ça en plus mais...être à côté de lui là, ce serait quelque chose de totalement nouveau.
Sauf que bon, évidemment, il rigolait. Mais pas moi, je crois que je fais la grimace en tentant de sourire un peu. Mon coeur lui, il dégringole de ma poitrine jusqu'au brasier. Il y croyait trop fort lui aussi je crois. J'ai rien, rien, rien à faire à côté de ce type-là.
Heu...rien du tout. Je...suis à jour...enfin... c'est faux, y'a la litté', un bouquin à terminé, l'histoire, mon avenir à préparer, m'enfin bon. Ça peut bien attendre, je ne suis pas pressé.
Je peux vraiment t'aider...seulement si tu veux hein, je t'oblige pas...t'en a juste pour cent ans avec tout ça. La fin de ma phrase, je la murmure tout bas.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Mar 4 Nov - 20:46

- Heu...rien du tout. Je...suis à jour...enfin...
Les petits points de suspension à répétition disent et répètent et crient « oui j'suis là pardon pardon d'exister mais regardez je fais pas de bruit ».
Ça me fait sourire parce que ça fait pareil dans ma tête.
Des petits points et des excuses.
Comme ça, tout le temps.
J'aimerais lui dire moi aussi j'ai la difficulté des conversations tu sais, et les mots, ils viennent jamais comme il faut, ils viennent, quoi. Et pour comprendre quoi faire avec et comment tourner les phrases, accroche-toi. J'aimerais lui dire ça parce qu'il transpire la solitude et tout (sinon, il serait pas là avec moi), mais bon, toujours la difficulté des conversations.
- Je peux vraiment t'aider...seulement si tu veux hein, je t'oblige pas...t'en a juste pour cent ans avec tout ça.
Je le regarde (obligé) et ...
Je devais déjà être au lycée quand il y est arrivé, on a dû se croiser parfois aux toilettes ou dans les couloirs. On s'est peut-être même regardés, en se disant « oh » (puis oubliés dans la machine des visages). C'est ça le problème. Y a des gens qui ... Je sais même pas comment le dire dans ma tête. Des gens qui sont du même calibre, qui ont été fabriqués dans les mêmes matériaux et si tu les démontes, tu trouveras les mêmes pièces du puzzle chez l'un et l'autre. Ces gens-là, ils se parlent pas parce que ...
Petits problèmes d'étincelles, on va dire.
À force de trop se ressembler on peut pas aller très loin.
Mais ce sont toujours les personnes qui attirent le plus, hein ?
Les frères.
- Non, c'est mon travail, t'inquiète ...
Un dernier coup de balai.
- Et puis regarde, c'est fini, c'est ...
Et puis un premier coup de vent.
Ça fait voler son écharpe, mes cheveux, les branches des arbres, les oiseaux en l'air, mais surtout, les feuilles.
Les feuilles c'est comme quand on essaie de te rentrer dans une case, tu t'envoles.
Je me demande dans quelle case les autres veulent rentrer le garçon.

Spoiler:
 

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Mer 5 Nov - 20:59

Mon feu d'estomac fait une remontée éclaire jusqu'à mon coeur lorsque tout s'envole autours de nous. Je détache mes yeux de son visage pour faire un petit tour d'horizon. C'est incroyablement ridicule. Mes lèvres s'étirent un peu et je sens mon regard qui pétille, malgré moi, malgré lui. C'est vraiment, vraiment ridicule...mon inconnu vient de finir, Il avait tout content et voilà que....tout s'envole.
Alors forcément, je me rend compte que je ris vraiment seulement lorsque je commence à résonner trop fort. Je presse mes doigts contre ma hanche et me penche un peu, à bout de souffle. Je dois avoir quelques bout de feuilles dans les cheveux, peut être même que je suis décoiffé et qu'on me dévisage parce que je ne ris qu'une fois par an mais...vraiment, c'est ridiculement merveilleux. Si même le vent est de mon côté.
Je suis...désolé. Je lance, un léger vibrement dans la voix. C'est rigolo, faut bien l'avouer. Il a l'air tout penaud l'homme à tout faire. Tout penaud et vraiment beau. Je donnerais tout pour revenir en arrière et filmer cet instant. J'étais trop occupé à fermer les yeux de peur de recevoir quelques choses. Alors que ma caméra...elle n'a peur de rien, elle. Elle aurait vu son visage et toutes les feuilles s'agitant autours de lui. Ça doit être pour ça que je l'aime autant. Elle capte tout ce que je n'ai pas le temps de voir. Je m'abaisse un peu et prend un petit bout de travail anéantis entre mes doigts. Mon rire se calme et même si j'ai les larmes au bord des yeux, je sens que cet éclat m'a fait du bien. Je suis toujours aussi gêné de le voir de si près, j'ai encore envie de m'en éloigner le plus possible mais...la chaleur me fait un peu moins souffrir. Je l'accepte, ce petit feu qui s'étend en moi.
Tu disais ? Je dis doucement en faisant rouler une petit branche entre mes doigts.
Ce n'est peut être pas un jour pour balayer.... Juste un jour pour se parler et arrêter de le regarder en secret.
Je demande s'il va s'éloigner maintenant qu'il n'a rien à faire autours de moi. Je voudrais bien trouver un truc à lui demander, quelque qui l'obligerait à rester, dans le coin, au moins. Penser à tout ça me donne l'impression d'être une contradiction ambulante. Je le veux loin pour mieux le regarder mais en même temps, je n'ai jamais eu au si chaud qu'en cet instant. Alors je cherche, je cherche, je cherche et...
Pourquoi....pourquoi tu fais ce boulot au fait ? Dans ma tête, j'ai tendance à l'imaginer au dessus de tout ça, dans mes rêves, l'homme à tout faire devrait s'occuper de tout, sauf de ça, de trucs un peu plus merveilleux. Parce que ce n'est jamais très beau d'avouer qu'on sort les poubelles et qu'on gratte sous les bureaux.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Mer 5 Nov - 21:24

Ça fait comme un feu d'artifices.
Parce que d'abord ça explose en l'air et puis ça retombe comme des confettis, comme les paillettes au bout des fusées du quatorze juillet, même qu'à la fin on dirait des toutes petites étoiles. Moi je prends mes bras et je fais tant pis avec, tant pis pour mon chef et tant pis pour les lycéens qui se prendront les pieds dedans (franchement, ils s'en foutent). Tant pis pour moi qui suis même pas capable de ranger des trucs. Tant pis pour moi qui suis même pas un bon homme de ménage.
Mais c'est ça d'ailleurs qui fait le bruit de bonheur ?
Ah non c'est ...
Oh ...
C'est lui ...
Je regarde et je rigole même pas et je souris même pas, je suis sur pause, comme une cassette, une chanson coupée en plein milieu, je suis là mais si je l'étais pas ce serait exactement la même chose, je serais juste super triste de louper de moment. Cette espèce d'échappée belle, d'anti-douleur, de temps mort dans la vie, le temps de contempler quelque chose de beau. Comme quand je regarde les étoiles le soir.
Oh, ces gens qui rient jamais.
Parce que, ben, y a personne.
Il se tient les côtes mortes de rire et il s'excuse.
Mais pardon de quoi ?
Pardon de jouer au soleil pendant deux secondes ?
Il s'arrête et il se remet en mode vie normale et moi je ... Je suis secoué, quoi.
- Pourquoi....pourquoi tu fais ce boulot au fait ?
Ça, ça me fait rire.
Ça, ça me rappelle des souvenirs.
- Parce que euh ... J'ai dit à la COP que je voulais être chasseur d'étoiles et euh ... J'te jure ... Elle m'a un peu rembarré, quoi, alors je m'en suis sorti avec mon bac ES comme j'ai pu et j'ai continué de venir ici tous les matins pour regarder les autres étoiles, les ... Les gens, quoi.
Je parle jamais autant.
J'ai la bouche sèche.
- Co ... comment tu t'appelles ?
Je rougis presque d'oser une question comme ça.

Spoiler:
 

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Mer 5 Nov - 22:25

J'oublie de rougir, d'avoir honte, de me recoiffer, d'essuyer mon pull, de me relever complément, de lâcher la branche, de sortir mes cahiers pour me mettre à réviser. J'oublie absolument tout. Bêtement, mon monde se concentre sur le mètre carré qui entours l'homme à tout faire. Et je suis bien. C'est bien, de l'avoir à portée de yeux. Ma caméra doit me jalouser du coup mais je me dis qu'il y a déjà assez d'image de lui dans sa mémoire. Alors que moi...je me contente de ce qu'elle possède.
Et...
Il rit aussi. Et je m'arrête de respirer aussi. J'ai dis un truc qu'il ne fallait pas ? Ou alors il rit en compte à rebours ? Non, il me dit qu'il voulait être chasseur d'étoiles et qu'on a pas voulu créer ce boulot simplement pour lui...chasseur d'étoiles...ouai, ça c'est un truc qui lui irait bien. Ce serait quand même top de pouvoir passer ses journées à décrocher quelques étoiles. Peut être que d'ici un petit million d'années ce sera possible.
Ce serait bien si on pouvait être de nouveau-là pour voir ça. Surtout lui et moi en fait. Parce que la COP et tout les autres, honnêtement...je m'en fou un peu.
C'est bête...c'est un beau métier pourtant, un truc brillant. littéralement.
T'aimes...t'aimes regarder les gens ? J'ai toujours cru que c'était quelque chose de bizarre, un truc de gars étrange comme moi. Finalement, je trouve que c'est bien aussi de tout faire, même les trucs pas très très classe. Il peut observer la vie comme ça.
Je baisse les yeux lorsqu'il me demande mon prénom. Là, je suis certain de sentir mon coeur se refroidir d'un coup. Parce que je n'aime ni cette question, ni mon prénom. Quel idée, franchement, quel idée de s'appeler Aimé ? Je ne veux pas qu'il se moque de moi, je veux pas non plus entendre un "c'est ce qu'il y a de plus beau" en plus parce que je ne suis pas d'accord. C'est moche aimé, ça aurait été plus sincère de m'appeler rien du tout.
Aimé...je m'appelle Aimé. Je sais que ce n'est pas très....voilà quoi... Je dis ça du bout des lèvres, parce que mine de rien, je me vois pas lui dire que ça ne le regarde pas. C'est un peu vrai mais en même temps, si ça peut me permettre de l'avoir encore un peu juste à côté...alors ok, je veux bien avoir honte.
Et...toi ? Je crois que c'est la question la plus indécente que je n'ai jamais osé poser. Ça me semble logique pourtant, de le lui demander maintenant. Mais je me le suis demandé tellement de fois dans ma tête que ça me fait tout de drôle de me dire que je vais enfin pouvoir un prénom sur l’inconnu.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Jeu 6 Nov - 21:30

- C'est bête...c'est un beau métier pourtant, un truc brillant.
Je hausse les épaules parce que je sais même plus si ça intéresse encore les gens, les trucs qui brillent naturellement, ou s'ils préfèrent ranger les feuilles là où elles sont pas à leur place en plus.
- T'aimes...t'aimes regarder les gens ?
Je fais oui avec la tête.
- Et toi ?
J'aime bien regarder comment ils s'y prennent pour avoir l'air beau.
Moi, je m'en sors pas trop, c'est pour ça que je suis content avec l'hiver et les écharpes et tout ça.
- Aimé...je m'appelle Aimé. Je sais que ce n'est pas très....voilà quoi...
Je le regarde trop fort (comme depuis le début de ça) mais parce que là je comprends pas. Je comprends pas parce que c'est beau et que tout son visage à lui dit le contraire. Aimé comme le verbe, enfin comme le participe passé. C'est chouette, tout le monde doit parler de lui alors, les gens, l'amour, ils en peuvent plus, c'est dingue.
- Moi, Victor.
Je trouve ça un peu nul Victor, sauf ... Sauf l'autre fois dans le lit du garçon qui m'a jamais donné son prénom, quand il a dit le mien dans mon cou ça sonnait bizarrement mieux, comme si mon prénom avait changé de ton et de chanson. Mais Aimé (Aimé, Aimé, Aimé, ça sonne bien de mon côté) c'est pas la même chose que le garçon du lit, Aimé c'est un garçon qui est très grand et qui a l'air tout petit en dedans.
Est-ce qu'il est immense pour mieux survivre ?
Pour marcher un peu sur les autres ?
Stop. Et il ne reste que le bruit du vent et les feuilles toujours en capharnaüm autour de nous. Comment on continue maintenant ? J'aimerais lui dire pleins de choses mais les mots viennent pas se mettre sur les idées pour que ça sorte de là-dedans, ça me tue et ça me rapetisse parce que je sens bien qu'on est en train de tester quelque chose d'incroyable, je veux pas le gâcher ou le réduire à rien du tout.
C'est pas tous les jours que je rencontre quelqu'un.
Et qu'on se met à parler.
Et qu'il est beau dans son manteau d'homme des montagnes.

Spoiler:
 

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aimé Levy
administrateur
avatar
✧ ÂGE : dix huit ans.
✧ JOB : lycéen à victor hugo.
✧ COEUR : du vent.
✧ MESSAGES : 105
✧ HERE SINCE : 10/11/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Ven 14 Nov - 18:46

Alors lui aussi, il aime bien observer les gens. Ça adoucit presque mon feu d'estomac. Presque parce que je reste persuadé que je regarde quand même un peu plus les gens que lui. Je les capturent même, pour en garder en bout sans demander leurs avis.
Alors j'hoche la tête doucement. Comme pour confirmer et accepte de répondre à demi-mots.
Oui...je...je crois que c'est ce que j'aime le plus au monde. Après lu...
Les échanges à grand renfort de mots finissent toujours pas devenir ennuyant. Les miens le sont sans doute un peu plus, car je n'ai jamais été doué pour discuter avec les autres. Je préfère le silences et les images. Même à l'écrit, mes mots n'ont aucun sens. Ça ressemble à du blablabla pré-chauffé. Alors c'est peut être pour ça que je fais autant d'effort en face du garçon qui sait tout faire.
J'en fais tellement que je baisse un peu la tête de peur que ce soit évident. Ça doit être marqué sur mon front à tout les coups, quelque chose comme: "handicapé" ou "enjoy the silence". Ce n'est pas comme si j'avais l'allure des beaux garçons sachant tout dire, tout faire. et même lorsqu'il me demande mon prénom, je trébuche, un peu lamentable. J'aurais voulu m’appeller enzo ou lucas, comme tout les petits garçons. Puis léa si j'avais été une petite fille.
Mais bon...voilà.
Je n'y pense plus trop parce que c'est l'explosion dans ma poitrine. Victor...le beau, celui qui sait tout faire et qui rêve de chasser les étoiles, il s'appelle victor. C'est un prénom à mettre sur deux cent images, des nuits et des nuits à penser à lui et..je suis incapable de penser correctement. Alors je frotte ma chaussure contre le sol pour m'occuper l'esprit. Ça effacera mon sourire et mon coeur qui s'emballe pour pas grand chose. Victor...Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor, Victor....Oh la la...
Ça te va bien... Que je confie bien malgré-moi et ça me fait rougir de le penser à haute voix.
Enfin...pas qu'un autre prénom t'irais pas mais....tu sais....Je fini par me taire en détournant définitivement les yeux. C'est bien pour ça que je ne parle jamais. C'est toujours, toujours du gâchis, même quand tout semble merveilleux. Je laisse le vent parler à ma place. Mes yeux se posent sur les feuilles qui s'éparpillent partout dans la cours. Je me demande si je devrais pas faire comme elles et m'éparpiller pendant qu'il en est encore temps. Avec peu de chance, Victor....Victor gardera en tête seulement une belle image de moi.

Spoiler:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Victor Trompette
membre
avatar
✧ ÂGE : la moitié de quarante
✧ COEUR : y a des fantômes
✧ MESSAGES : 636
✧ HERE SINCE : 15/05/2013

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   Ven 14 Nov - 20:36

- Oui...je...je crois que c'est ce que j'aime le plus au monde.
Qu'est-ce que ça fait d'être la chose la plus aimée au monde ?
Ça m'est jamais arrivé.
Mais ça doit être encore mieux que de monter dans une fusée.
- Ça te va bien... Enfin...pas qu'un autre prénom t'irais pas mais....tu sais....
Je souris.
Je rougis.
J'ai la peau qui capte directement mes sentiments, c'est chiant.
J’aimerais bien savoir pourquoi son manteau est aussi gros, qu’est-ce qu’il cache en dessous, est-ce que c’est des bleus ? J’en ai pleins moi aussi, ils sont tout petits, et aussi des bosses et des griffures. Parce que nous on trébuche. On trébuche contre les bords de trottoirs, contre les gens, contre les courants d’air ou les rayons du soleil et même les gouttes de pluie, on trébuche dans les escaliers et dans les lignes droites, on trébuche quand quelqu’un nous parle. Et puis aussi on sait jamais sur quel bouton appuyer dans l’ascenseur, on bafouille quand on passe une commande chez macdo, on évite les heures de pointe dans les magasins, on chavire quand on est debout dans le bus pourtant on est habitués à mal tenir sur nos pieds hein. Je suis sûr qu'il rougit même quand il adresse la parole à sa mère. Je suis sûr que quand quelqu'un lui demande du feu il s'imagine une grande histoire d'amour à suivre, et le pire, c'est qu'il doit même pas fumer.
Je sais.
Je sais.
C'est pareil dedans moi.
C’est ces gens-là qui passent leur vie à se rater. Et même avec un petit coup de pouce des étoiles, tu vois, ça cafouille encore, regardez.
- Euh, si ... Si tu veux un jour on pourrait aller regarder les gens ensembles ?
Il va me regarder du haut de sa pyramide d’étoiles, avec les yeux qui diront mais dégage avec tes idées à la con, les jeunes ils font plus ça maintenant, ça a jamais été le cas.
T’es sûr ? T'es sûr ?

(Et puis
peut-être
réapprendre
à conjuguer
ensembles
le verbe aimer)

Spoiler:
 

_________________

grand corps malade
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: premier maux (victor)   

Revenir en haut Aller en bas
 

premier maux (victor)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
► OOH LA LA PARIS. ::  :: paris jour-